Un autre regard en ophtalmologie

Jérémie Winocour

Professeur de philosophie et de cinéma

Les marques de sadisme au cinéma ne manquent pas. Le spectateur est prisonnier consentant du regard imposé par un réalisateur tout puissant, sectionnant des plans et des pans, des fragments dont il forme un petit système. Le cadrage opère bien des coupures dans le réel, un bistouri à la main.