Un autre regard en ophtalmologie

Euretina 2019 : Trous maculaires

Comparaison clinico-pathologique des trous maculaires (TM) idiopathiques et traumatiques

Les trous maculaires de pleine épaisseur idiopathiques (TMI) et traumatiques (TMT) ont une pathogénie et des caractéristiques cliniques différentes.
Les TMI sont associés au décollement postérieur du vitré (DPV), avec prédominance féminine, d’âge généralement entre 50 et 70 ans. Les TM post-traumatiques surviennent après des contusions oculaires (1 à 9 % des CO), avec prédominance masculine, d’âge généralement jeune. Dans les TMT, l’épaisseur maculaire centrale est souvent moins importante, le diamètre du trou maculaire et le diamètre basal sont souvent plus grands, et les pathologies additionnelles (œdème de Berlin…) se retrouvent plus fréquemment. Les TMT sont souvent hexagonaux et les TMI ronds.

Cette étude compare l’immunohistochimie et l’ultrastructure de l’interface vitréo-
maculaire des TMI et TMT. Six yeux avec TMI et neuf avec TMT ont été inclus, opérés par vitrectomie avec pelage de la membrane limitante interne (MLI) et analyse de la MLI retirée. L’immunohistochimie montre la présence d’IBA-1, de vimentine et de glutamine synthétase (ciblant la microglie, les astrocytes et les cellules de Müller) dans les MLI des TMI et des TMT. La microscopie électronique à transmission retrouve une cellularité plus importante dans les MLI des TMI que dans celles des TMT où la cellularité est très faible (microglie et astrocytes altérés). L’interface vitréo-maculaire des TMT contient moins de cellules et la microglie en est le composant cellulaire principal.

Référence :
S. Guenther et al. Clinicopathological comparison of idiopathic and traumatic macular holes. Free Paper Session 18: Vitreoretinal Surgery II. Euretina 2019.